fbpx
dimanche, octobre 24, 2021

Biographie de Sadek

Sadek représente indubitablement l’une des figures emblématiques du rap français de la dernière décennie. Sa renommée, il la doit surtout à son style musical ainsi qu’à son look distinctif. Cet article est dédié aux moments clés de sa riche carrière, ses gros morceaux, ses distinctions, mais aussi les polémiques qui l’ont souvent entouré.

Les grands débuts de Sadek

Sadek Bourguiba est né le 25 mai 1991 à Neuilly-Plaisance, en France. Il est issu d’un père tunisien et d’une mère russe. Le jeune Sadek a connu une enfance difficile. En effet, à l’âge de 11 ans, Sadek va connaitre un terrible accident. Il s’en sort avec une double fracture ouverte au tibia. Ses bras et ses jambes sont également cassés. Sadek est alors contraint à l’alitement pour une durée de 12 mois. Il passe donc ce temps à prendre des cours par correspondance et profiter pour écrire du texte.

L’aubaine des battles de rap

Ses premiers pas dans le monde du rap, Sadek les doit, notamment, à ses nombreuses participations à des battles de rap. Lors d’un freestyle organisé au cours d’une compétition de street basketball, Sadek capte toute l’attention, surtout celle du fondateur de la compétition, grâce à sa fabuleuse prestation. Il tente alors de convaincre celui-ci, en lui faisant écouter sa mixtape à plusieurs reprises. Une stratégie qui se révèle à la longue fructueuse, puisqu’il va décrocher un contrat en Major.

Moments forts de sa carrière

L’activité de Sadek dans le milieu du hip-hop français commence depuis 2011. Au cours de cette année, le rappeur travaille sur plusieurs projets personnels. Le 12 mars 2012, Sadek sort sa première mixtape La légende de Johnny Niuuum.

Un an après, le 11 mars 2013, le rappeur officialise la sortie de son tout premier album studio intitulé Frontières du réel. Cet opus comporte de gros titres et de belles collaborations comme sur Pay Me avec Meek Mill ou encore sur What’s Love avec David Lampel.

2014-2015 est une période charnière dans la carrière de Sadek. Il publie 3 EP : deux en 2014 (En attendant JNNMJ et En attendant JNNMJ2) et un en avril 2015 (En attendant JNNMJ3). Ces trois EP ont connu du succès auprès du grand public français.

Mais Sadek n’entend pas en rester là. Il sort en 2016 son cinquième EP Roulette russe comportant 6 morceaux, suivi de son deuxième album studio baptisé Nique le Casino. L’album, bourré de punchlines Sadek, est gratifié d’une certification en or cinq mois après sa sortie officielle.

Son troisième album VVRDL (Vulgaire, Violent et Ravi d’Etre Là), l’un des plus prolifiques de la carrière de Sadek, est sorti le 15 septembre 2017. Le rappeur collabore sur cet opus avec des artistes en pleine expansion tels que Ninho et Niska. Deux mois après, VVRDL est certifié disque d’or. Il n’a fallu que cinq mois de plus pour qu’il soit sacré disque de platine. Le succès du quatrième album de Sadek est tout aussi impressionnant. Le rappeur récidive avec des collaborations XXL. Heuss l’EnfoiréSofianeYL et MHD sont tous de la partie. Plus de 6 805 disques ont été vendus en seulement l’espace d’une semaine.

Concomitamment au rap, Sadek s’implique aussi beaucoup dans le cinéma. Son apparition cinématographique le plus marquant reste son rôle joué dans le film Tour de France. Un rôle qui convient à sa personne, puisqu’il incarne, en réalité, un jeune rappeur qui se trouve dans une situation particulière.

Polémiques autour de Sadek

Le mois de février 2020 fut très mouvementé tant professionnellement que personnellement pour Sadek. En effet, suite à l’annulation d’un showcase auquel le rappeur aurait dû normalement participer, la tension est montée entre Sadek et Bassem Braïki, ce dernier menaçant de perturber l’évènement.

Sadek et trois autres personnes se sont alors rendu au domicile de Bassem et l’ont ensuite roué de coups. Le rappeur a même enregistré des vidéos de son forfait. Même après avoir avoué « ne pas être fier de lui » et avoir « cédé comme un imbécile à la violence », Sadek fut arrêté par la police le 12 février.

Deux jours après, il est mis en examen et détenu provisoirement en compagnie de l’un de ses complices. Après un mois et demi passé en détention, le rappeur est relâché par la justice, mais sous certaines conditions. Il n’est, en aucun cas, autorisé à se rendre à Rhône ou de contacter, d’une manière ou d’une autre, Bassem Braïki.

Le rappeur est acquitté, mais placé sous contrôle judiciaire. Une décision de justice facilitée par le fait que le rappeur ait « pris conscience de la nature des faits qui lui sont reprochés ».