lundi, janvier 25, 2021

Le rap & sa culture.

 

C.O.R «Rue de Madrid» : Chronique de l’album

Des prods aux inspirations latino, des connexions 93 et des couplets travaillés, voici ce que nous offre la mixtape de C.O.R , Rue de Madrid.

Après 10 freestyles oinj, une figuration dans les 11 rappeurs à suivre en 2019 de Booska-P et une signature chez Island Def Jam, C.O.R nous présente son nouveau projet de 17 titres, fruit d’une expérience de 10 ans dans la musique.

Dans cette mixtape, le rappeur d’Aulnay-sous-Bois veut montrer ce que la rue a à offrir à ses jeunes, en bien comme en mal. Elle cause des pertes, mais c’est aussi là qu’on s’y retrouve, entre amis, qu’on y fonde une famille qui reste au fil des années. Dans ses sons, C.O.R nous rappe son 93, son quartier des Emmaüs, sa rue de Madrid.

Pour l’élaboration de cette mixtape, C.O.R a dû enregistrer environ 80 morceaux, pour au final en garder 17, ceux dont il est le plus fier actuellement. Dans ce projet, le rappeur alterne des pur sons de rap où il kick et des sons mélodieux qui cherchent à nous faire voyager.

Un départ sur les chapeaux de roues

Les deux premiers sons de la mixtape, Falcone et Cesar font partie de cette première catégorie. Dans le son d’introduction, C.O.R nous ouvre les portes de sa vie. Il y évoque son passé, ses erreurs et ses remords : « J’me remémore et j’me demande c’est sur quels choix qu’je me suis gouré ».Le son est sans artifice, C.O.R y lâche son flow et sa rage sur un couplet unique, sans refrain. Une réelle performance.

Sur César, il y raconte son présent, son quotidien morose dans la cité : « impacts de bastos sur les bâtiments et les voitures » et les conséquences que cela implique : « dans ma cité beaucoup de génies qu’on ne reverra jamais ».

Les inspirations mélodiques se font ressentir surtout à partir du 3ème morceau. En effet, sur Garçon C.O.R nous emmène dans ses influences latino sur une prod du beatmaker Bloody et nous fait voyager, tout en restant dans la cité.

Cette envolée mélodique se poursuit avec deux potentiels singles de la mixtape : Illimité (en featuring avec GLK) et Caroline.

Concernant Caroline, C.O.R nous signe un son love composé par Guapo du soleil, D1gri et DMS (que l’on retrouve également à la composition de Cesar et Pas net) sur lequel il dévoile ses intentions envers une femme.

C.O.R

Des titres sombres…

Les deux autres potentiels singles du projet sont également des featurings : Pas net feat. Sofiane et Jamais vu avec Zefor et Stavo de 13block.

Le premier reste dans cette lignée mélodique dont C.O.R et Sofiane ont la recette. Tandis que le second s’inscrit dans la lignée de titres sombres dont le rappeur d’Aulnay et ceux de Sevran maîtrisent parfaitement les ingrédients.

Ingrédients qu’ont également en leur possession DA Uzi et Goulag. En effet, le rappeur sevranais pose une belle démonstration de style sur le premier couplet et le refrain de Concentration, l’avant-dernier titre de la mixtape, composé par Richie Beats.

Le rappeur et ami de longue date de C.O.R, Goulag, vient poser un couplet tout aussi travaillé sur le titre Tomber là. Les deux rappeurs d’Aulnay-sous-Bois réussissent à imposer leur flow sur une prod drill efficace.

On retrouvait déjà ces deux rappeurs (accompagnés également de Cracky qui figure ici sur le morceau L.S.D.M.) sur une chanson de Sefyu sortie en 2019 qui se voulait 100% Aulnay : Invaincu.

C.O.R feat 13 Block

… laissant place à la mélodie

C.O.R nous ramène également sur des ambiances mélodiques et dansantes sur les sons Clio et Cité, qui ont tous deux été clippés au sein d’Aulnay.

Le premier son nous offre effectivement une mélodie qui reste facilement en tête, accompagnée d’un clip suivant l’artiste toujours dans sa clio, en train de rapper, vendre ou profiter de la vie d’artiste tout simplement.

Le clip et le refrain de Cité quant à eux nous donnent envie de danser. On y comprend que malgré les galères que la cité amène, C.O.R aurait du mal à la quitter, même s’il le pouvait.

Enfin, la mixtape se termine sur Gyrophare qui se veut bien plus doux que les autres morceaux présents sur le projet. Ici, C.O.R se livre bien plus que sur ses autres sons. Il y parle de sa fille, raconte qu’il fait tout cela pour elle, maintenant qu’elle est apparue dans sa vie : «  j’dois laisser tout mon fric à ma fille » ; «  j’dois mettre bien mon héritière ». Il revient sur son passé, qui reste malgré tout présent dans sa vie aujourd’hui, et rêve de pouvoir tout quitter pour offrir une vie différente à ceux qu’il aime.

Ainsi, pour son premier projet, C.O.R a su se rendre là où on ne l’attendait pas, dans des ambiances dansantes et des mélodies poussées, tout en gardant son flow et sa hargne qui l’ont fait connaître lors de ses freestyles oinj. Le rappeur nous a montré de quoi il était capable et cela n’envisage que du bon pour la suite. Les collaborations sur le projet proviennent uniquement du 93, une questions de connexions et d’amitiés. Tout a été mis en œuvre sur cette mixtape pour rendre fier sa Rue de Madrid.

Articles similaires

Instagram

Le CV de la semaine : JUL pour « Loin du monde »

Réalisé par @paolo_rbn

Populaire

Le « Jeu de couleurs » de Frenetik qui déteint sur le rap game français

Parler actuellement de relève dans le rap francophone, c’est aussi parler de rappeurs comme Frenetik. Ayant fait une entrée fracassante dans le game et...

Coyote Jo Bastard de retour avec un nouveau clip : « Facile »

Si l’année 2020 a été une année très riche en quantité, mais aussi en qualité en matière de projets de rap, il faut retenir que...

Ronisia plus performante que jamais avec son nouveau single « Doucement »

Si le monde de la musique est l’un des plus rudes pour la gent féminine, et plus spécialement en France, il faut reconnaître que...

Nous suivre

385FansLike
916FollowersFollow