fbpx
dimanche, octobre 24, 2021

Biographie Kaaris

À l’état civil Okou Armand Gnakouri, Kaaris est un artiste rappeur, compositeur, acteur, producteur et entrepreneur français d’origine ivoirienne. Né le 30 janvier 1980 à Cococdy en Côte d’Ivoire, le rappeur est aujourd’hui considéré comme le précurseur du style de la trap en France.

Une réputation qu’il n’a clairement pas volée, car bâtie sur des faits de vie et de carrière réels. Ainsi, dans le but de mieux appréhender ces faits, faire un focus sur la carrière de l’artiste de son arrivée en France jusqu’aujourd’hui, c’est ce dont il s’agit dans cet article.

L’arrivée de Kaaris en France

Orphelin de père deux mois après sa naissance, Kaaris arrive en France en 1983, soit à 3 ans, en compagnie de sa mère et de ses six frères et sœurs. Installés premièrement dans une chambre de bonne à Paris, ils déménageront 3 ans environ plus tard, d’abord à Taverny, dans le Val-d’Oise, puis à Sevran en 1988.

Il faut noter que tout part de la ville de Sevran, qui verra le futur Kaaris grandir, se débrouiller et essayer de se sortir de la misère. C’est aussi là que Kaaris entamera son parcours emblématique dans le rap game français.

Ses débuts dans la musique

Très influencé par le style du rap et spécialement le rap américain, ce n’est qu’en 1999 que Kaaris se lance réellement dans la musique, mais d’abord sous le blaaz Fresh. Il participe alors à des projets initiés par le collectif Niroshima avec qui il trainait beaucoup.

Cependant, il faut noter qu’à ce moment, Kaaris n’était pas encore assez engagé ni même connu dans la musique. Ses œuvres apparaissaient donc plus comme un moyen de divertissement qu’un réel gagne-pain quotidien.

C’est ce qui l’a poussé à effectuer en 2003 un retour dans son pays d’origine, la Côte d’Ivoire, afin d’y gagner sa vie en travaillant avec son frère commerçant. Cette période a donc marqué une pause dans sa carrière. Il retrouve ses marques dès son retour en France, conditionné par la guerre civile qui s’est éclatée en Côte d’Ivoire.

Ainsi, en 2007, Kaaris sort un mini album intitulé 43e BIMa suivi de ses featurings avec les artistes Despo RuttiNubi, ou encore Brasco, qui contribueront à fonder les bases de son futur succès.

L’ascension de Kaaris

La carrière de Kaaris commence à prendre son envol en 2011 quand, au fil des featurings réussis, il est repéré par Booba qui l’approche pour qu’il participe à sa mixtape Autopsie 4 par laquelle il comptait promouvoir de jeunes talents de l’underground. S’en est ensuite suivi sa propre première mixtape Z.E.R.O puis, en 2012, le morceau Kalash en featuring avec Booba. À partir de là, on pouvait dire que la carrière de Kaaris avait quitté le stade embryonnaire.

Kaaris révolutionne le rap français : Or Noir

En 2013, Kaaris signe chez Therapy Music sur le label AZ et publie son premier album, un album qui révolutionnera le rap game français, notamment avec des morceaux trap hardcore comme personne ne l’avait encore proposé jusque-là en France, et des punchlines Kaaris mortels. Il s’agit de Or Noir, qui connaitra une réédition (Or Noir part II) en 2014 et une troisième partie Or Noir 3 qui sortira en 2019.

Entre le début du succès de 2013 et 2019, Karris a sorti plusieurs projets de taille. Il s’agit notamment de : Le bruit de mon âme et Double fuck en 2015, Okou Gnakouri en 2016, et Dozo en 2017. Sans oublier son entrée au cinéma en 2014 dans le film Fastlife de Thomas N’Gijol. Le dernier projet en date de Kaaris est bien évidemment l’album 2.7.0 qui a comptabilisé 17 221 exemplaires vendus dès la première semaine.

Polémiques autour de l’artiste dans sa carrière

Les relations entre Kaaris et Booba s’étant dégradées au fil des années, on a assisté en 2018 à une grosse bagarre entre le clan de Booba et celui de Kaaris dans une altercation à laquelle on a assisté à l’aéroport d’Orly.

Les deux rappeurs n’ayant pas enterré la hache de guerre après être passés devant la justice, Booba initia, quelque temps plus tard, l’idée d’un affrontement en octogone en guise de règlement de compte. Néanmoins, les belligérants n’arriveront pas à trouver un terrain d’entente quant aux détails organisationnels et légaux.